Le GIXEL & la biometrie

Voici les recommandations des industriels au gouvernement, dispo sur www.gixel.fr


« Livre Bleu »
GRANDS PROGRAMMES STRUCTURANTS

Propositions des industries électroniques et numériques, juillet 2004

SYNTHESE

morpho_2_2_2Pour sortir de la crise par le haut, il faut une relance de grands programmes dans des domaines d’excellence de la France et de l’Europe. La Filière Electronique et Numérique présente dans ce « Livre Bleu » sa contribution aux réflexions sur le choix et les conditions de réalisation de ces grands programmes.

(...)

Acceptation par la population :

La sécurité est très souvent vécue dans nos sociétés démocratiques comme une atteinte aux libertés individuelles. Il faut donc faire accepter par la population les technologies utilisées et parmi celles-ci la biométrie, la vidéosurveillance et les contrôles.

Plusieurs méthodes devront être développées par les pouvoirs publics et les industriels pour faire accepter la biométrie. Elles devront être accompagnées d’un effort de convivialité par une reconnaissance de la personne et par l’apport de fonctionnalités attrayantes:

Éducation dès l’école maternelle, les enfants utilisent cette technologie pour rentrer dans l’école, en sortir, déjeuner à la cantine, et les parents ou leurs représentants s’identifieront pour aller chercher les enfants.

Introduction dans des biens de consommation, de confort ou des jeux : téléphone portable, ordinateur, voiture, domotique, jeux vidéo

Développer les services « cardless » à la banque, au supermarché, dans les transports, pour l’accès Internet, …


La même approche ne peut pas être prise pour faire accepter les technologies de surveillance et de contrôle, il faudra probablement recourir à la persuasion et à la réglementation en démontrant l’apport de ces technologies à la sérénité des populations et en minimisant la gène occasionnée. Là encore, l’électronique et l’informatique peuvent contribuer largement à cette tâche.

Aspect réglementaire :

Cependant, le marché national ne soutient pas suffisamment les développements possibles de ces technologies à cause des faibles budgets qui ont été jusqu’alors consacrés par les pouvoirs publics et par une législation contraignante. L’objectif est d’augmenter la sécurité tout en en évitant de nuire à la liberté de chacun, l’informatique et la biométrie devraient y parvenir. Le politique doit assouplir la législation afin de favoriser le développement des technologies de la sécurité électronique et informatique.

 

(...)

 

A coté de ce programme sécuritaire, les pouvoirs publics et les industriels s’entendront sur une action incitative en faveur de l’utilisation des moyens biométriques dans la vie courante, transactions « cardless », utilisation de la biométrie dès le plus jeune age. Les industriels de leur coté proposeront des applications de confort ou ludiques exploitant ces mêmes technologies pour faciliter leur acceptation par la population.

Identité numérique

sagem_morpho11  Si l’on considère les utilisations potentielles d’une identité numérique dans le domaine de l’administration électronique, on peut citer les exemples suivants qui concernent le domaine de la carte à puce en tant qu’outil d’identification et d’authentification:

- Le permis de conduire à puce

- Le Passeport et Visa à puce : ce projet est particulièrement urgent compte tenu de la pression des autorités américaines pour l’utilisation d’une puce sans contact dans le passeport

- Projet européen de carte santé (le domaine de la santé est une priorité dans e-Europe 2005) : la notion de carte de santé Européenne.

- La carte grise à puce sans contact (intégrant les opérations de maintenance des véhicules par exemple)

- La carte d’identité.

(...)

Décideurs / réglementeurs :

Au niveau français : Ministère de l’Intérieur, Ministère des Affaires Etrangères, Ministère de la Santé, ADAE, DCSSI, CNIL, DIGITIP, CGTI, tout ministère concerné par l’administration électronique, administrations régionales et locales, AFNOR

Au niveau européen : Commission Européenne: initiative e-EUROPE, Parlement Européen, Groupes de travail du

Parlement, organismes de standardisation, EESSI, CEN,…

Utilisateurs/clients : Administrations et ministères, citoyens

Technologies concernées : Semi-conducteur ; Logiciels embarqués ; Nouvelles technologies de packaging ; Technologies de cryptage et procédures de communication sécurisées ; Standards

Programmes de R&D existants : Oppidum, 6ème PCRD, clusters EUREKA: MEDEA , PIDEA


Intérêt pour la filière et  impact économique et industriel : Les infrastructures techniques autorisant l’usage de l’identité numérique comportent de multiples composantes matérielles et logicielles et leur mise en œuvre constitue un atout industriel de premier plan pour la compétitivité économique des sociétés qui y participent. Parmi celles-ci, les industriels de la filière électronique et numérique représentent une part importante dans des domaines tels que:
les circuits intégrés, les cartes à puce, les terminaux privés (fixe, portable) ou publics (bornes publiques), les lecteurs, la télévision interactive, les réseaux et les équipements associés

Toutes les fournisseurs de ces industries (composants passifs, connecteurs, sous traitants, sont bien sûr également concernés.

L’industrie française de la carte contrôle 60 % de la production mondiale et celle des terminaux de paiement environ 35 %. Au niveau européen ces chiffres sont de 80 % et 45 % respectivement. L’industrie européenne du semi-conducteur est également leader mondial dans ces domaines. Ce leadership est menacé. L’amélioration de la compétitivité des entreprises à l’exportation résultera des gains de productivité induits par le volume des équipements commercialisés sur le marché européen, et de la référence possible faite dans les appels d’offre étrangers à l’expérience acquise dans les réalisations européennes. Ces projets bénéficieront en priorité aux sociétés Européennes d’ores et déjà actives dans ces domaines. Il en résultera des créations d’emploi, le développement des pôles de compétences de R&D, la validation sur le terrain des solutions proposées

(...)

Contributions

Ce Livre Bleu a été rédigé grâce aux contributions des personnes et organismes suivants :

Pierre GATTAZ Porte-Parole des Industries Electroniques et Numériques,

Président du Directoire de RADIALL

Olivier BAUJARD Senior Vice-President Corporate Strategy, ALCATEL

Bernard BISMUTH Président du GFIE, Directeur Général, CCI EUROLAM

SPDEI, Directeur Commercial, TEKELEC Europe

Pr.Jean-Claude CHASTANET Président du

Jacques CINQUALBRE Chirurgien des Hôpitaux de Strasbourg

Michel DUMONT Group Vice-President, STMicroelectronics

Jean-Pierre EUVRARD Président du GIXEL, Administrateur, TEMEX

Jean-François EVELLIN Président du SNESE, Président Directeur Général, THEALEC

Laurent GOUZENES Directeur du Plan et Programme d’Etude, STMicroelectronics

Didier HUCK Vice-President Public Affairs and Regulations, THOMSON

Jean-Louis LACOMBE Vice-President Technology and Innovation, EADS

Bertrand LACROIX Vice-Président de ALLIANCE TICS, Vice-Président, ALCATEL France

Robert MAHLER Président de la FIEEC, Président de ALSTOM France

Alain MARBACH Executive VP Product and Technology, SCHNEIDER Electric

Régis PAUMIER Vice-Président du SYCABEL, Président Directeur Général, ACOME

Alain PERREUR Président du SIMTEC, Directeur International, AEROFLEX

Olivier PIOU Président Directeur Général, AXALTO

Jean-Patrice SAVEREUX Président d’ALLIANCE TICS, Délégué du Président, IBM

Michel SIRIEIX Director Science & Technology, Defence and Security, SAGEM

Jean VAYLET Président du SITELESC, Vice President & General Manager Imaging, ATMEL

Michel VIMONT VP Electric & Electronic Systems Engineering, RENAULT