SOUMISSION OU CONFORT?

 

Présentation

Ensemble des pièces d'habillement qui couvrent le corps humain pour le protéger et le parer. Le vêtement est avant tout le moyen élaboré par l'Homme pour se protéger des variations climatiques de la région dans laquelle il vit. Le vêtement dépend alors de la protection qu'on en attend, des matériaux disponibles et de la manière de les employer. Toutefois, l'existence du vêtement sous des climats chauds et peu variables révèle d'autres motivations liées à l'organisation de la société. On note ainsi des différences entre les sexes, les classes et les fonctions sociales (voir Uniformes militaires). Ces paramètres ont défini des traditions qui ont été plus ou moins conservées selon les régions du monde. Dans la civilisation occidentale, les traditions vestimentaires semblent avoir subi de profondes modifications au cours des siècles tandis que, dans les pays non occidentaux, elles ont parfois perduré, sans connaître de bouleversements profonds, jusqu'au XXe siècle.

 

Le vêtement dans l'Antiquité

En Égypte

La longueur des vêtements dépendait de la position sociale de l'individu.

Les traditions mède et perse

Les Perses portaient des chausses (pantalons courts)  ou pantalons avec une tunique ouverte maintenue à l'aide d'une ceinture. Ces vêtements, très ajustés, étaient portés par les hommes comme par les femmes et leur mode résista à l'influence des Mèdes, prédominante à cette époque.

À Rome

Sous l'Empire romain, on adopta les chausses empruntées aux tribus d'Europe du Nord, portées (sauf à Rome même, où elles étaient interdites par la loi) par temps froid et comme élément de la tenue militaire. Les pantalons, forme vestimentaire venue d'Europe du Nord, furent aussi introduits à cette époque.

 

Dans l'Inde ancienne

Si, en Inde, les vêtements furent différenciés dès l'origine selon les castes, ils étaient néanmoins composés d'éléments communs. Les deux sexes portaient des tissus enroulés autour de leur taille, laissant leurs torses dénudés.

Dans la Chine ancienne

Les écrits de Confucius datant du VIe siècle av. J.-C. font référence au code vestimentaire (réceptions officielles, périodes de deuil, etc.). Les images les plus anciennes des vêtements chinois datent de la dynastie Han (206 av. J.-C.-220 apr. J.-C.), montrent des robes aux manches amples, resserrées à la taille et traînant sur le sol, des vestes et des pantalons portés par les hommes comme par les femmes.


L'histoire du vêtement en Occident


La tradition byzantine

 

Le vêtement byzantin paraît unique dans la tradition occidentale en ce qu'il s'est développé sans concession apparente à la séduction ou à l'aspect fonctionnel. Tous les vêtements de la cour étaient inscrits dans le Livre des cérémonies et chaque courtisan de l'empereur jusqu'au plus petit des fonctionnaires était habillé selon ce code.

 

Le haut Moyen Âge

On sait peu de choses des effets qu'eurent les grands mouvements tribaux du haut Moyen Âge sur le vêtement européen. Les premières invasions teutonnes s'étaient peu fait sentir excepté dans l'introduction des pantalons chez les Romains.

Après le sacre de Charlemagne en l'an 800, un style vestimentaire relativement uniformisé semble être réapparu en Europe.  Sa tenue quotidienne, rapportée par ses contemporains, comportait une sous-tunique, une sur-tunique ourlée de soie de couleur et des hauts-de-chausses(pantalons courts ), ou pantalons allant de la ceinture au genou.

L'iconographie de l'époque montre d'autres monarques européens vêtus de la même façon. Les courtisanes portaient une cape et dissimulaient leurs cheveux sous un voile.

 

Au cours des trois cents années qui suivirent, l'accent fut de plus en plus porté sur la spécificité masculine et féminine.

 

La période féodale et le bas Moyen Âge

Les croisades et les invasions mauresques en Espagne et dans le sud-ouest de la France modifièrent profondément les traditions vestimentaires occidentales. Les chausses remplacèrent les pantalons

Le vêtement masculin

haut_de_chaussesLes hommes portaient des hauts-de-chausses et des chausses (pantalons courts et chaussettes). La longueur variable des uns par rapport aux autres eut tendance à rendre floue la distinction entre les deux. Au bas Moyen Âge, les chausses étaient devenues si longues qu'elles firent presque disparaître les hauts-de-chausses. Dans les années 1100, les chausses arrivaient à mi-cuisse et étaient faites pour couvrir les hauts-de-chausses courts ou les caleçons. Les hauts-de-chausses portés par les riches étaient plus étroits et ceux des paysans plus amples. Les unes comme les autres arrivaient généralement sous le genou.

Au début du XIIe siècle, le vêtement était porté long , y compris les manches.

Au XIVe siècle, la tunique fut rétrécie et raccourcie pour donner une apparence plus ajustée . La houppelande, vêtement extérieur à la ligne longue et large, aux manches évasées, fut portée jusqu'à la fin du siècle et subsista aux XVe et XVIe siècles dans le costume populaire.

Le doublet fut ajusté et souvent matelassé. Il subsista sous des formes diverses en tant que tenue extérieure de base pour les hommes à travers le XVIIe siècle.

Le vêtement féminin

Les femmes adoptèrent également le bliaut ainsi qu'un autre vêtement aux manches longues et amples, le surmanteau oriental. Le bliaut, fait dans une matière riche, frisottée ou plissée, était long, ample, et traînait comme les vêtements pour hommes.  Au Moyen Âge, les chevilles de la femme n'étaient jamais exposées aux regards : la jupe touchait le sol à l'avant.

Jusqu'au XVe siècle, les vêtements féminins étaient très ajustés aux manches et à la taille. Par-dessus leur robe, les femmes portaient une cotehardie, puis une sorte de chasuble. Leurs cheveux étaient voilés dans une guimpe, tissu drapé sur la tête et autour du cou.

Au XVe siècle, les vêtements des femmes comme ceux des hommes furent taillés et rembourrés de manière plus élaborée.

 

La Renaissance

L'évolution du vêtement masculin à la Renaissance fut marquée par l'allongement des hauts-de-chausses. Les femmes, quant à elles, supportèrent des vêtements de plus en plus rigides. Le corps à baleines, ou corset, descendait bien en dessous de la taille en forme de V devant. La poitrine était écrasée et remontée au-dessus du corset.  Le vêtement féminin resta assez lourd et encombrant sous Henri IV malgré les modifications apportées dès l'arrivée de Catherine de Médicis en France.

Le XVIIe siècle

Les vêtements masculins connurent à cette période le changement le plus radical de leur histoire. Au début du siècle, les hommes portaient encore les tenues de la fin du Moyen Âge (le doublet, les hauts-de-chausses, les chausses et la cape). Pendant la première moitié du siècle, on lança la casaque pour le voyage et pour l'usage militaire.  Cette innovation pratique donna naissance au manteau d'équitation.

Au début du XVIIIe siècle, après quelques débuts hésitants, il prit la forme du manteau que l'on porte aujourd'hui. Le doublet devint le gilet. À l'exception des hauts-de-chausses, les composants essentiels de la tenue masculine moderne étaient tous en place vers 1680.

Le XVIIIe siècle

Les femmes continuèrent à porter les longs corsets des deux siècles précédents, mais l'aspect pesant du passé disparut avec l'arrivée de tissus légers et fins, de couleurs légères et de robes amples, ou mantoues. Les hommes portaient les mêmes tissus aux couleurs claires, des hauts-de-chausses clairs, des manteaux aux basques évasées et des gilets fleuris.

Ce ne fut qu'à la fin du XVIIIe siècle que l'aspect uniformisé du vêtement commença à changer.

En France la mode se fit plus raide, plus élaborée et formelle.

En Angleterre, en revanche, avec les changements sociaux plus ordonnés et un développement industriel explosif, la mode vit sa tendance normale s'inverser. Les chefs de file de la mode adoptèrent la tenue plus pratique et plus commode du peuple.

La Révolution française contribua à deux changements radicaux dans le costume européen. Pour les hommes, on assista au retour du pantalon après quelque six cents ans d'oubli. Ce fut pour les femmes un retour conscient à ce qui était considéré comme le style classique ou grec. Pendant quelques décennies, corsets, paniers et cerceaux disparurent, remplacés par l'aspect naturel des tissus fins, des tailles hautes, des bras nus et des corsages décolletés.

La mode française se répandit rapidement dans le reste de l'Europe.

 

Le XIXe siècle

Jusqu'en 1814, il y eut peu de changements en matière de mode mais la restauration de la monarchie française provoqua dans la mode féminine un retour aux corsets, aux crinolines façonnées et aux cerceaux.

La Révolution industrielle a engendré une série de changements rapides pour les vêtements féminins. Les crinolines cédèrent la place aux cerceaux, auxquels succédèrent deux types de tournures. Malgré le changement des silhouettes, des encolures, des manches et des couleurs, l'usage du corset fut maintenu.

Le XXe siècle

Les guerres et les bouleversements sociaux, comme le développement de la publicité, provoquèrent des changements radicaux dans l'histoire du costume en Occident.

La généralisation du travail féminin motiva la libération du corps et l'abandon du corset. Dans l'entre-deux-guerres, l'émancipation des femmes trouva un écho dans les créations de Coco Chanel qui lança la mode des cheveux courts et celle du tailleur.

À partir des années 1960, le renouvellement de la mode sembla venir plus précisément de la jeunesse. La minijupe et le bikini furent le symbole d'une génération qui profitait de l'épanouissement de la société de consommation. Depuis les années 1970, la mode s'inscrit moins sous le signe d'une évolution que sous celui d'une diversification. De l'appartenance idéologique au choix existentiel en passant par les fantaisies personnelles, l'habillement doit refléter la personnalité et les idées de celui qui l'endosse. Ainsi se côtoient les tendances les plus opposées.

 

Le vêtement dans le monde non occidental

Hors de la sphère d'influence occidentale, les traditions vestimentaires ont davantage perduré. Leurs variations dues aux conquêtes et aux migrations ont souvent été superficielles et n'ont pas modifié profondément l'aspect du costume. Toutefois, là où l'Occident a pris une place prépondérante, les vêtements traditionnels ont été remplacés. Ce fut le cas en Amérique latine où les Espagnols ont imposé leur propre mode de vie. En Afrique, au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est, cependant, de nombreux aspects du vêtement traditionnel ont survécu....


"vêtement, histoire du" Encyclopédie Microsoft® Encarta® en ligne 2006
http://fr.encarta.msn.com © 1997-2005 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.