Présentation

Félin (fantassin à équipement et liaisons intégrées) est un système combattant.


 

 

Les équipements dont sont actuellement dotés les combattants débarqués de l'infanterie présentent certaines carences (observation et emploi des armes de jour comme de nuit, aides au tir, moyens de communication, de protection). Mais plus   encore que les performances individuelles de chacun des équipements dont dispose le fantassin, c'est l'absence de   cohérence et d'intégration sur le combattant qui pénalisent son efficacité au combat. L'idée d'un système combattant est donc née de la nécessité de rompre avec une logique d'équipement incrémentale qui durait depuis toujours. L'ensemble doit être conçu comme un système d'arme intégré, organisé autour de l'homme et destiné à optimiser ses capacités naturelles.

 

 

 

 

Cette notion a guidé la préparation du programme : l'enjeu n'était pas d’améliorer de façon significative un nombre réduit mais  fondamental de performances spécifiques (par exemple : tirer plus loin, plus vite, plus précisément), mais d'identifier pour l'ensemble des fonctions à satisfaire quelles seraient les technologies disponibles à un coût unitaire abordable (il y a en effet une série importante de systèmes à fabriquer), et d'imaginer la meilleure façon d'architecturer un système pour intégrer ces fonctions.

 

 

 

 

Les études amont préparatoires ont porté sur la communication  :

 

 

·l'observation (de jour comme de nuit, en recherchant l'augmentation des portées)

 

 

·la protection (discrétion : visuelle, acoustique et électromagnétique, protection contre les agressions)

 

 

·l'autonomie en énergie du système

 

 

·la mobilité (masse du système, ergonomie, aide à la localisation et à la navigation).

 

 

 

 

La phase de démonstration du programme a été conduite de 1997 à 2000. Un démonstrateur (ECAD comme équipement du combattant débarqué) constitué de onze systèmes individuels, de moyens spécifiques pour le chef de groupe, et d'un aménagement intérieur d'un VAB, donc permettant d'équiper un groupe de combat, a fait l'objet de plusieurs expérimentations opérationnelles dans le premier semestre 2000, réalisées au sein des 110e et 35e régiments d'infanterie. Les efficacités comparées de deux groupes de combat (un groupe standard et un groupe ECAD) lors de multiples exercices, ont mis largement en évidence un gain de capacité opérationnelle apporté par le système, alors même que le démonstrateur n'avait pas été optimisé en masse ni en volume.

 

 

 

 

 

 

Description

 

 

 

 

Félin (fantassin à équipement et liaisons intégrées) a été inscrit sur la liste des programmes d'armement lors de son entrée en phase de définition, en 2001.

 

 

 

 

Cette dernière a eu deux objectifs :

 

 

·reprendre totalement la conception du système en rompant avec la définition du démonstrateur ; l'objectif consistant à tirer le meilleur profit possible des enseignements des travaux de préparation et de démonstration

 

 

·mettre en concurrence les industriels français et européens ayant la capacité d'assurer la maîtrise d'œuvre du programme.

 

 

 

 

A l'issue de cette mise en concurrence, le service des programmes d'armement terrestre a notifié, le 1er mars 2004, à la société Sagem le marché de réalisation du système Félin.

 

 

Ce marché couvre le développement, l'industrialisation, la fabrication de série de 31 445 systèmes individuels Félin, ainsi que leur maintien en condition opérationnelle durant deux années.

 

 

 

La répartition des ces équipements au sein des forces est la suivante :

 

 

·infanterie                     : 22 588 systèmes

 

 

·arme blindée cavalerie : 2 801 systèmes

 

 

·génie                           : 3576 systèmes

 

 

·artillerie                       : 2480 systèmes.

 

 

 

 

Félin est un ensemble complet d'équipements conçu comme un véritable système d'arme et organisé autour de l'homme.

 

 

 

 

Félin améliorera de façon significative les capacités et la réactivité du fantassin dans l'exécution de ses actes réflexes. Le combattant pourra traiter de jour comme de nuit et en temps réel les objectifs observés. Au sein de la section d'infanterie, le système facilitera l'organisation des réseaux de communication. La capacité de transmission de données, d'images vidéo en plus de la phonie permettra d'améliorer le rythme de l'action. La protection balistique des combattants sera optimisée, les équipements spécifiques de protection NBC (nucléaire, biologique, chimique) ne réduiront pas les performances opérationnelles du combattant.

 

 

 

 

Les qualités d'ergonomie, de fiabilité de robustesse et de simplicité d'utilisation seront optimisées. Le système pourra être supporté par les combattants dans des conditions climatiques difficiles.

 

 

 

 

Le système Félin s'intègrera dans le système de forces et dans la chaîne de systèmes d'information et de commandement en service.

 

 

 

Il sera évolutif pour s'intégrer dans la bulle opérationnelle aéroterrestre (BOA).

 

 

 

Les systèmes Félin seront livrés aux forces à partir de 2007.

 

 

 

 

 

 

Fiche   technique

 

 

 

 

On peut distinguer trois grands systèmes :

 

 

 

 

Le système individuel qui se compose des six sous-systèmes : 

 

 

·les vêtements et protection

 

 

·la plate-forme électronique portable (PEP)

 

 

·les sources individuelles d'énergie

 

 

·les armes équipées

 

 

·l'équipement de tête

 

 

·le réseau d'information Félin

 

 

 

 

Les systèmes spécifiques qui comprennent : 

 

 

·le SIT du combattant débarqué et son boîtier d’interfaces de communication (BIC)

 

 

·les  jumelles infrarouge multifonction à moyenne portée

 

 

 

 

Les systèmes collectifs qui comprennent : 

 

 

·les moyens de rechargement collectifs des batteries individuelles

 

 

·les kits véhicules qui permettent l'alimentation en énergie des combattants embarqués et le rechargement des batteries.

 

 

 

 

 

 

Architecture industrielle

 

 

 

 

A l'issue de cette mise en concurrence, le service des programmes  d'armement terrestre (SPART) de la DGA a notifié, le 1er mars 2004, à la société Sagem le marché de réalisation du système Félin.

 

 

 

Ce marché couvre le développement, l'industrialisation, la fabrication de série des systèmes individuels Félin, ainsi que            leur maintien en condition opérationnelle durant deux ans.

 

 

 

 

A  ce jour les principaux partenaires et sous-traitants ne sont pas encore connus.

 

 

 

 

 

 

Equipements et munitions

 

 

 

 

Systèmes  individuels

 

 

 

 

Les  vêtements et protections

 

 

- La tenue de combat de base possède une coupe ample permettant des mouvements aisés. Des poches à soufflets autorisent une bonne capacité d'emport. Le matériau (tissu) possède de bonnes caractéristiques mécaniques, tout en conservant une bonne perméabilité à l'air. Les fibres (aramide / viscose FR)  offrent une protection contre le feu et une bonne tenue aux  lavages.

 

 

 

 

Le gilet pare-éclats permet de recevoir :

 

ola protection balistique souple

 

 

ola protection balistique dure

 

 

ole gilet électronique

 

 

ola structure de portage.

 

 

 

 

- Le gilet électronique intègre l'électronique (boîtier calculateur, boîtier gestionnaire, radio, boîtier interface homme/machine, GPS, batteries, câbles et connecteurs),la gourde souple, les chargeurs Famas, les grenades et optimise la répartition des masses sur le combattant. Cet équipement est autonome et peut être utilisé seul.

 

 

 

 

- La tenue de combat NRBC s'apparente à une tenue de combat à port permanent. Elle est conçue pour permettre la réalisation des phases de combat avec une efficacité équivalente à celle de la tenue classique.

 

 

 

 

La plate-forme électronique portable (PEP) constitue le cœur du système Félin. Elle est constituée de l'ensemble des ressources électroniques situées sur le gilet électronique (calculateur, gestionnaire d'énergie, interfaces équipements périphériques, interfaces utilisateur). Le système est architecturé autour d'un bus numérique de données USB 2.0. Ce choix d'un bus numérique haut débit ouvert ainsi qu'une connectivité étendue confèrent à la plate-forme électronique portable, et donc au système, une forte interopérabilité.

 

 

 

 

Des sources individuelles d'énergies : des ports de connexion physiques situés à l'avant des boîtiers batterie permettent de recevoir des équipements périphériques.

 

 

 

 

L'arme de base du fantassin reste le Famas, qui sera transformé en Famas Félin. La MINIMI (mitrailleuse légère de calibre 5,56 mm) et le FRF2  (fusil des tireurs de précision de calibre 7,62) recevront des lunettes de tir de nuit sans subir cependant de transformations.

 

 

 

 

Le Famas reçoit une interface homme/machine, une seconde poignée et une lunette de tir. Cette lunette possède un imageur jour, un imageur nuit (la lunette des grenadiers voltigeurs sera à intensification de lumière, et un combattant par groupe    recevra une lunette thermique : IR non refroidi), un oculaire de restitution, un viseur clair pour le tir instinctif. La lunette intègre une caméra vidéo qui transmet les images reçues au système. Une liaison filaire relie l'arme au système.

 

 

 

 

La lunette MINIMI est de technologie similaire à la lunette IR  Famas. La lunette supporte ses interfaces homme/machine et intègre des moyens de communication radio avec le reste du système Félin.

 

 

 

 

La lunette du fusil de précision FRF2 est à base de capteurs infrarouges non refroidis, associés à une optique à grossissement adapté. Elle intègre également des moyens de communication radio.

 

 

 

 

L'équipement de tête comporte trois composantes : la protection de tête, le bandeau communicant et les équipements optroniques.

 

 

 

 

La coque balistique optimise la protection et l'ergonomie de portage (répartition des masses). Elle permet de recevoir des éléments missionnables (écrans de protection faciale) et sa forme est compatible avec toutes les positions de tir des armes équipées. Une visière de protection légère intégrée protège le fantassin contre différentes agressions (vent, pluie, poussières, UV). Une protection auditive missionnable est réalisée par des bouchons d'oreille non linéaires.                  

 

 

 

 

Le masque NBC peut être équipé d'une cartouche filtrante ou être relié à la centrale de ventilation.

 

 

 

 

Une pipette intégrée au masque NBC permet l'absorption de liquides (eau, nourriture). Le bandeau communicant est relié à la radio. Il assure les fonctions de microphone et d'écouteurs et fonctionne par transmission des vibrations osseuses (ostéophone). Il est indépendant du casque et permet donc de rester en communication dans les phases où le casque peut être retiré.

 

 

 

 

Les équipements optroniques sont composés d'une sur-coque d'interface missionnable, qui supporte l'optronique, d'une caméra de tête (technologie à intensification de lumière   EBCMOS), de restituteurs (technologie OLED) permettant de            visualiser les données et l'iconographie circulant sur le bus système, les images et la vidéo en provenance de l'arme ou de la caméra de tête. Le restituteur est fixé sur le casque : son écran peut être amené dans l'axe de l'œil du fantassin.                  Lorsqu'il n'est pas utilisé, il est escamotable pour ne pas gêner le combattant.

 

 

 

 

Le réseau d'information du Félin (RIF) permet le partage d'informations au sein de la section d'infanterie. Chaque poste radio peut assurer simultanément l'abonnement à deux réseaux. Ceci procure de la souplesse pour le chef de section dans l'organisation des réseaux de communication de sa section. Chaque réseau dispose d'un canal audio de conférence, avec priorité au chef de groupe, d'un canal d'alerte d'un grenadier voltigeur vers le chef, et d'un canal de transmission de données.

 

 

 

 

La transmission de la voix et des données s'appuie sur la technologie civile éprouvée DECT (technologie des téléphones domestiques sans fil). Chacun des sous réseaux fonctionne avec une base portée par le chef de groupe. Les postes du RIF étant cependant tous identiques, un combattant peut remplacer son chef de groupe si nécessaire en configurant son poste e base.

 

 

 

 

Le poste radio est configuré par le calculateur Félin, ce qui limite les boutons de commande nécessaires sur le poste.

 

 

 

 

Les équipements spécifiques

 

 

 

 

Le système d'information terminal (SIT) du combattant débarqué est composé d'un  logiciel supporté par le calculateur, une interface homme - machine, et un boîtier d'interfaces de communication connecté à un poste radio PR4G VS4 portable.

 

 

 

 

La  jumelle infrarougemultifonction pour chef de groupe est basée sur la technologie IR non refroidi.

 

 

 

 

Les   équipements collectifs

 

 

 

 

Un moyen de rechargement collectif (MRC) assure le rechargement des batteries individuelles des combattants. Il est basé sur la technologie des piles à combustible métal/air de type aluminium/air.

 

 

 

 

Des  kits véhicules    (AMX 10 P, VBCI, VAB) ont tous une architecture commune et sont conçus pour être aisément intégrables dans les véhicules, pour assurer l'alimentation électrique des systèmes des combattants embarqués.